Skip to main content

Des P’tits Bressans “à la capitale”

Un semaine après leurs ainés, une équipe des P’tits Bressans, composée de Charlotte, Solène, Amandine, Timothée, Quentin et Tom, sont montés à Paris pour rencontrer l’équipe de la JIL.

Comme de coutume, l’après midi fut consacrée à des jeux et des exercices permettant aux deux équipes de  mieux se connaitre afin d’offrir une prestation de qualité.

La prestation justement. Accompagnés de Stella, la licorne mascotte, c’est dans un gymnase du XIVème arrondissement que le match s’est déroulé. Seulement une trentaine de personnes s’était déplacé (peut-être les Parisiens ont préféré suivre les déboires des Français face au XV de la Rose).

Après un premier 1/3 temps  difficile où les deux équipes éprouvaient les plus grandes difficultés à jouer ensemble, le reste de la partie fut plus équilibrée. Certe la Jil de Paris a gagné cette rencontre mais nos P’tits Bressans n’ont pas démérité, loin de là. Nous avons pu voir un conte macabre avec Solène en conteuse, Tom en serial killer s’abattre sur Charlotte et Quentin (il est à noté que cette impro a été élue “meilleure impro de la rencontre”) ; Timothée conduire une Fuego crachant plus de 120 dB ; Amandine faire une lettre au Père Noël avec paix dans le monde, licorne et autres artichauts ; Charlotte et Solène nous chanter un rock endiablé (mention spéciale au guitariste qui les accompagnait) faisant la promotion du poulet de Bresse ; Quentin découvrir l’Amérique, et ne comprenant pas ce que désiraient les indigènes, reprendre la Santa Maria pour retourner au Portugal ; Tom et Solène vendre les frites les plus grasses du monde, voire de l’univers. Chacun a respecté les consignes données par le coach avant le match, à savoir : écouter, s’adapter, construire et surtout S’AMUSER. (cette dernière le fut à 300 %).

Les joueurs ont été ensuite, magnifiquement accueillis chez les familles de l’équipe adverse. Le dimanche matin fut consacré à la visite du quartier, avec ses petites rues et impasses qui nous font oublier que nous sommes à Paris.

Un week-end qui a permis aux P’tits Bressans de connaitre le stress et surtout le plaisir de jouer un match dans les plus pures règles établies par Gravel et Leduc il y a plus de 40 ans.